Les deux puissances présentes en Amérique du Nord devaient irrémédiablement se télescoper. Plus que les combats menés sur le territoire américain, ce sont les conflits européens qui influencent par leur issu le partage du territoire américain.

Entre 1689 et 1697, c’est la guerre de la ligue d’Augsbourg. Cette ligue est formée par de nombreux pays européens en opposition à Louis XIV et à sa politique expansionniste. Le monarque français convoitait en effet le Saint Empire Romain Germanique. Pendant cette période, les français, les anglais et leurs alliés, se livrent à des combats notamment sur le sol américain, en usant des alliances avec les Indiens. La paix de Ryswick, fragile, rétablit finalement le statu quo.

Entre 1701 et 1713, un nouveau conflit européen influence l’Amérique ; c’est la guerre de succession d’Espagne. La plupart des pays européens (Angleterre, Provinces-Unies, Saint Empire Romain Germanique) s’opposent à ce que le petit fils de Louis XIV, Philippe d’Anjou, accède au trône d’Espagne, prenant ainsi la tête de deux puissants royaumes d’alors, la France et l’Espagne. L’Espagne, la France et l’Angleterre se partageant alors le gros du territoire américain, des conflits vont embraser le continent durant cette période. Au nord, les colonies anglaises et la Nouvelle France s’affrontent sur leurs frontière. Au sud, on s’affronte par Indiens interposés. En 1713 le traité d’Utrecht met fin à la guerre. Les accords conclus avantagent considérablement le Royaume-Uni : la Nouvelle-France perd ses territoires de Terre-Neuve, la baie d’Hudson et l’Acadie.

A l’issu de ce deuxième conflit franco-anglais, l’influence française sur le continent est quasiment réduite à néant. A l’infériorité démographique déjà pesante, il faut rajouter l’amputation territoriale, très importante. Cependant, la Nouvelle-France rebondit rapidement et de 1713 jusqu’aux années 1740 se réorganise militairement en construisant une ligne de défense dans la région des grands lacs et en fortifiant les grandes villes.

En 1740, une guerre éclate en Europe, au sujet de la succession d’Autriche. Un troisième conflit franco-anglais s’amorce alors en Amérique. En 1745, des colons de la Nouvelle-Angleterre prennent Louisbourg. Le traité d’Aix la Chapelle, mettant fin à la guerre de succession d’Autriche, rend finalement la ville aux français en 1748. Mais la paix est précaire, et rien n’est réglé entre les deux camps.

plainspictureLe débarquement anglais et la bataille des plaines d’Abraham

Une quatrième et dernière guerre franco-anglaise a lieu en Amérique au moment de la guerre de sept ans (1756-1763), qui a opposé les deux pays pour la suprématie coloniale. Côté français, le marquis de Montcalm est envoyé pour défendre les possessions françaises en Amérique. Une série de brillantes victoires marquent ses débuts. Côté anglais, James Wolfe et Jeffrey Amherst frappent fort en emportant Louisbourg, en 1758. Dès lors, l’armée anglaise, soutenue par les miliciens américains, remonte audacieusement le fleuve Saint-Laurent en direction de Québec. Le débarquement anglais provoque la bataille des plaines d’Abraham, restée célèbre, pendant laquelle les deux commandants d’armée Wolfe et Montcalm perdent la vie. L’année suivante, en 1760, Montréal tombe et la Nouvelle France est complètement brisée par les anglais. Le traité de Paris, en 1763, donne la Nouvelle France à l’Angleterre. La couronne anglaise devient alors seule maîtresse en Amérique du nord.

Benjamin_West_005La mort du Général Wolfe par Benjamin West

Publicités